Présentation

Présentation

bourg_gel_2006

Située à l’extrémité Nord du canton de La Clayette et à égale distance des deux chefs-lieux de canton La Clayette et Charolles, la commune de Dyo a une superficie de 1580 hectares. Cette surface est, en très grande partie, vouée à l’agriculture et particulièrement à l’élevage bovin. Quelques troupeaux ovins et caprins y sont aussi présents. Aujourd’hui , une douzaine d’agriculteurs subsistent parmi nous, au lieu de 45 il y a 35 ans ! La forêt occupe une place importante car elle couvre 270 hectares, soit 17 % de la surface. Feuillue à l’origine, elle est devenue une forêt de résineux en l’espace d’une trentaine d’années.

Bien que n’étant pas située en zone de montagne ou de piémont, nous avons un relief particulièrement prononcé: l’altitude varie de 288 mètres au hameau de Lavaux, à 469 mètres à Notre Dame des Bois, le bourg étant situé à 389 mètres.

L’activité artisanale et commerciale est peu importante mais nous disposons quand même d’un garage automobile doté d’une station-service, d’un café – épicerie – tabac, d’un plombier, d’un plâtrier – peintre et d’une artiste travaillant en sculpture et création de bijoux. Les principaux bassins d’emploi sont les chef – lieux de canton La Clayette et Charolles et les communes voisines de Saint Symphorien des Bois et Saint Julien de Civry.

Pour desservir la commune, nous avons un réseau de 55 km de routes et chemins dont 25 km sont goudronnés.

Avec 337 habitants, nommés les Dyotois, nous sommes la 9ème commune du canton alors que par la surface, nous sommes à la 3ème place. De ce fait, nous avons une densité de population assez faible: 21 habitants/km2. En 1851, Dyo comptait 1080 habitants.

L’école de Dyo qui a encore deux classes accueille 26 élèves (sept. 2003), mais ce sont près de 70 jeunes qui sont scolarisés (maternelle, primaire, collèges, lycées, lycées professionnels, universités et facultés). En complément de l’école, nous avons un service de ramassage scolaire et une cantine.

L’activité construction qui était au plus bas semble redémarrer. La commune a cinq logements locatifs qui sont tous occupés.

Nous disposons aussi de trois édifices religieux:

– l’église construite en 1880, est de style néo-roman. Elle est dédiée à Saint Pierre aux liens, patron de la paroisse dont la fête est le 1er dimanche d’août. Le clocher a- une flèche particulièrement importante. Avec ses 12 mètres de haut, elle culmine à 32 mètres. La croix qui la surplombe mesure 3 mètres.

– la chapelle de Saint-Prix dont la construction remonte au XIème siècle est de style roman. Elle est sous le vocable de la Sainte Trinité. Comme tous les édifices romans du Brionnais, elle bénéficie d’une signalisation routière particulière dont l’initiative revient au CE.P. (Centre d’Etudes des Patrimoines) de Saint Christophe en Brionnais. A proximité, la fontaine déverse de façon très régulière, en toutes saisons, une eau qui attire de nombreux amateurs.

– la chapelle de Mans est placée sous le vocable de St Roch, le protecteur des maladies contagieuses et en particulier de la peste.

Au point culminant de la commune, nous avons le sanctuaire de Notre-Dame-des-Bois. Quant aux calvaires, ils sont nombreux, puisque nous en comptons 16. Appartenant à la nouvelle paroisse Sainte-Marie-sous-Dun, nous avons le privilège, grâce au Père Francis LAROCHE, d’avoir encore un office religieux régulièrement.

La commune est traversée par la voie ferrée Paray-le-Monial – Lozanne. Elle a nécessité la réalisation de nombreux ouvrages dont le plus important est le viaduc construit entre 1894 et 1896.

Témoins de notre passé, la commune dispose de nombreuses maisons très anciennes, en particulier au hameau de Mans, maisons de caractère, d’un château à Lavaux et subsistent, au Vieux Bourg, les ruines du château féodal Là, on distingue encore une partie du mur d’enceintes et trois tours. Seul le donjon reste entier.

Enfin, vous pourrez découvrir notre commune, ses magnifiques paysages et monuments en empruntant les circuits de randonnée au départ du bourg

Jean-Paul MICHEL
Maire de Dyo de 1995 à 2014

Extrait du bulletin municipal N°8